La Revue du Net #8

> sur le site du DIGITAL SOCIETY FORUM

5 faits marquants repérés chaque semaine
 

Futur en Seine, c’est parti !

Le festival du numérique en Île de France Futur en Seine a ouvert ses stands jusqu’au 21 juin. Il rassemble plus de 150 prototypes qui vont révolutionner notre quotidien (ou pas), des conférences, des ateliers pour petits et grands, des rencontres d'affaires et un focus sur les questions liées au climat, en vue de la COP21. Ce thème “correspond à notre préoccupation principale, à savoir remettre l’humain au cœur du numérique. Nous avons lancé un appel à participation pour les startups, et beaucoup de projets gravitent autour de l’énergie, du recyclage, de la gestion des déchets… C’était un choix assez naturel.” précise Camille Pène, directrice de l’événement.


Laissez-nous payer pour aller sur Facebook !

Facebook, Instagram, Twitter et Google sont a priori des services gratuits, financés par la publicité. Pourtant cette dite publicité ne rapporte que 20 centimes/par utilisateur/par mois, soit peu de choses. Ce n'est donc pas de là que ces réseaux font de l'argent. En effet, si ce service est gratuit, c'est parce que nous sommes le produit, et non des clients : nous sommes, notre contenu et nos données privées, le chiffre d'affaire de Facebook et autres réseaux sociaux. La question est donc : pourquoi ne pas permettre à ceux qui le souhaitent un accès payant sans toutes ces publicités, et avec un contrôle réel des données personnelles ? Quand à l'heure actuelle certains payent pour Netflix, d'autres le feraient volontiers pour leur vie privée. Facebook payant, c'est pour quand ?


Le CDO doit s'allier avec la multitude

Interviewé par l’Usine DigitaleNicolas Colin donne sa définition du rôle du CDO (Chief Digital Officer) au sein de l’entreprise. Le numérique étant une technologie maintenant mature qui traverse l’ensemble des secteurs de l’entreprise, il ne faut pas chercher le CDO à la direction informatique ou au marketing ou encore au pôle innovation. Non, son rôle est dans la transversalité. Il doit orchestrer la répartition des pouvoirs qui se déplacent de l’intérieur de l’entreprise vers la multitude : “Et la multitude, c’est une somme d’individus plus exigeants, plus impatients, qui sont actifs et qui déploient une puissance autonome. Les entreprises qui savent capter cette puissance sont celles qui sortent du lot. Le numérique n’est pas une transformation, ce n’est qu’une résultante. Il faut d’abord comprendre ce qui se passe à l’extérieur, prendre des points d’appui pour rétroagir ensuite sur l’entreprise.

> A consulter également : le dossier sur le “débarquement” des CDO


Nos ondes cérébrales comme signature

Finie la valse des mots de passe, le casse-tête des astuces pour les archiver, l’imagination à déployer pour en trouver de nouveaux ! Des chercheurs américains ont découvert que les ondes cérébrales émises par notre cerveau peuvent nous servir de signature. L’avantage, selon Sarah Lazlo, chercheuse, c’est que “Si l'empreinte digitale de quelqu'un est volée, cette personne ne peut pas re-développer un nouveau doigt. (...) Tandis que l'empreinte cérébrale est, elle, malléable par son propriétaire


Le robot tueur

Stuart Russell, professeur d’informatique à l’Université de Californie, met en garde contre la technologie des Systèmes d'Armes Létales Autonomes (“LAWS” en anglais pour “Lethal Autonomous Weapons Systems”. On appréciera l'acronyme (ou pas)). Sans aucune intervention humaine, des machines seraient capables de prendre la décision de tuer un individu : "Il est très probable qu’ils contrôlent de mini-tanks armés, et uniques décideurs de qui doit vivre et qui doit mourir. Cela pourrait mener à une violation des principes fondamentaux de la dignité humaine
En France, on se penche sur le soldat augmenté ...


Nicolas Oppenot et Margaux Michaux