Revue du Net #16

> sur le site du DIGITAL SOCIETY FORUM

Scène issue du premier épisode la 2ème saison de "Black Mirror" : Martha découvre l'humanoïde, semblable à son compagnon décédé, qu'une compagnie lui a confectionné à partir des agissements de ce dernier sur le web.

> 5 faits marquants repérés cette semaine du 7 septembre
 

Un Airbnb des réfugiés pour "préparer la société à les recevoir"

A l'ère des réseaux sociaux, la société civile parvient à s'organiser en un éclair pour fédérer des énergies et collaborer à une cause commune. En témoigne l'initiative CALM (Comme À La Maison) du réseau SINGA, plateforme qui permet de rapprocher les migrants des personnes volontaires pour les héberger : "Je suis persuadé qu'il ne s'agit pas uniquement d'un élan émotionnel. Nous construisons des alternatives sur le long terme.témoigne Guillaume Capelle, l’un des fondateurs de ce projet.


Vers une école numérique pour tous 

En cette rentrée 2015, le numérique gagne du terrain dans les écoles. Plus de 500 établissements bénéficient de matériel permettant d'équiper les élèves. Une étape qui permet notamment d'envisager de nouvelles méthodes d'apprentissage, comme la classe inversée : les élèves prennent connaissance du cours chez eux, à leur rythme et sont encadrés ensuite, en salle de classe, pour effectuer les exercices relatifs à la leçon.
Microsoft, qui emploie 600 personnes sur les sujets liant éducation et numérique, a été consulté, parmi d'autres acteurs, pour établir le plan gouvernemental et penser les nouveaux outils en fonction de l'évolution des méthodes : " Il faut un côté disruptif, ce n’est pas l’outil qui est important. Il faut que les professeurs puissent faire des choses qu’ils ne faisaient pas avant" , remarque Imad Bejani, directeur Education et Recherche chez Microsoft France.


Smartphones pour les enfants, ce que vous devez savoir

"A quel âge mon enfant a-t-il besoin d'un téléphone ? Lequel choisir ? Quel forfait lui prendre ?" 
Marc Saltzman et Carmi Levy, deux journalistes canadiens spécialistes des nouvelles technologies, se sont penchés sur ces questions. 
En ces temps de rentrée scolaire, certains parents ont peut-être hésité à acheter un téléphone à leur enfant, en se demandant quelle utilité il en aurait, si c'était le bon moment... Sujet largement débattu dans les médias et dans la société en général, voici un article (en anglais) qui répond à quelques interrogations et explique comment adopter la bonne attitude face à ce nouvel achat. 


Non, le télétravail n’est pas incompatible avec le top management

Aux Etats-Unis, nous comptabilisons 3,2 millions de salariés qui travaillent en majorité depuis leur domicile. Avec l'augmentation du nombre de travailleurs indépendants, ne possédant aucun bureau "physique", la mobilité du travail tend à se répandre de plus en plus. A l'heure de l'entreprise de demain, plus libérée et digitale,le télétravail touche désormais toutes les strates hiérarchiques, de l'employé... au PDG. Ainsi, les postes de direction sont aussi compatibles avec cette méthode de travail. 


Jusqu’à quel point aimerons-nous les robots ?

Serge Tisseron publie un nouvel ouvrage cette semaine : « Le jour où mon robot m’aimera. Vers l’empathie artificielle » aux Editions Albin Michel. Il y fait le constat que le phénomène d'attachement aux objets qui nous sont chers s'amplifie avec les robots et les objets connectés qui envahissent notre quotidien. Quel type de relation souhaitons nous développer avec ces nouveaux compagnons ? Quelles incidences risquons-nous de subir dans nos relations humaines ? Autant de questions que le psychanalyste propose de considérer dans le débat public : "Notre relation au monde est faite de projections incessantes de nos émotions et de nos pensées dans ce qui nous entoure, qu’il s’agisse du monde animé ou inanimé, vivant ou non vivant. Mais nous nous le cachions. Et avec le développement des robots, nous ne pouvons plus nous le cacher."


Nicolas Oppenot et Laura Beaubois

 

veille